12/05/2006

Le Livre XXIX (Insectes?)

 

 

Les hexapodes ont posé leurs valises pour se faire les dents sur le plat de mes côtes.

 

Quelques « grttt grtttr grgt »

 

Quelques « frtftrf frftfrfgtfrt »

 

Ils érodent mon squelette en riant à gorge déployée, tout ça pour créer le manque…

 

Le manque de sa toison chêne, de son bouquet mêlé de musc et d’agrume.

 

Le corps tremble et réclame cet empyreume suggestif.

 

 

« grtrgtrg grtgrtg »

 

 

La moelle, butin saturnien, comme un chrysanthème naissant de la plaie aveugle.

 

Il me faudrait être assez souple pour rogner l’absence.

 

 

L’homme est faible tant que sa main demeure vide de la chair qu’il aime.

 

Il ne sait plus bâtir et ne vibre qu’aux mouvements d’habitudes vulgaires.

15:20 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

elle court, elle court.... la maladie d'amouuuuuuur....

Écrit par : salomé | 14/05/2006

Les commentaires sont fermés.