14/04/2006

Le Livre XXV (Trop loin...)

 

 

 

Notre souffle, comme une claque sur la joue plombée de Clotho, elle qui s’en retourne, vaincue, camuse de trop de ces gifles chevauchant nos liesses grouillantes.

 

Notre souffle, insondable, chargé de nos débordements, qui percute tel une phalène les lumières grésillantes de nuits hétaïres.

 

Notre souffle, sulfureux, indique sans équivoque un long chemin d’ermitage, qu’elle se fasse thanatophage la faucheuse, qu’elle ronge son frein !

Aujourd’hui, ici bas, nous décidons de lui refuser l’accès, qu’elle aille en pendre d’autres et ailleurs, elle nous a assez fréquenté cette pute pas même excitante.

 

Mais elle quitte les lieux avec un sourire amer, dans mon poignet s’est introduite une lame bien froide… Car elle est bien loin… Aujourd’hui…

19:12 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Aïe, j'ai mal à l'âme... Bonsoir, alors là, c'est noir,ton blog. J'ai mal partout, rien qu'à lire les textes. Enfin, c'est parfois beau, touchant mais... je sais pas moi, c'est beau la vie, tu sais? J'ai une drôle d'impression en lisant tes(?) textes... Tu te tortures souvent comme ça? Enfin... chacun son "plaisir". Je sais pas ce que tu as vécu en même temps. Mais bon, je sais pas si je dois te dire courage ou bonne continuation... en tout cas, c'est avec une pointe au coeur que je te salue.

Écrit par : Oly | 14/04/2006

Mais... C'est le Malecicatrique qui existe ici...

Écrit par : Malecicatrique | 16/04/2006

Les commentaires sont fermés.