12/04/2006

Le Livre XXIV (le goût du sang)

 

 

Laisse couler un peu plus les mots qui font naufrage dans l’épaisseur soyeuse de ton sang. Lui qui semble porter un sens que moi seul comprends. De cette saveur dont il faut se repaître, la longue danse de l’existence plongée dans l’alacrité, dans la folie des coïncidences, isochronisme des vertiges.

 

J’en veux encore de cette chute, de l’extase qui me transporte parmi les couleurs de ta peau.

 

Je veux me taire, encore goûter cette robe interlope qui t’habille quand tu dors, que je ne porte alors, aucun remords, à visiter ton corps tel un reptile amoureux….

18:13 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bon, va falloir le dico, mais c booooo kamème

Écrit par : salomé | 15/04/2006

Les commentaires sont fermés.