29/03/2006

Le Livre XXII (La première page)

 

Peut-être est-il verbe ?

Peut-être est-il amour ?

Qu’importe ?

 

Je suis seul dans le compartiment bercé par les effluves doux de vanille, le train de ce corps qui me mène aux délices. Descendre au dernier arrêt. Oh oui ! Tu peux sourire, l’innocence est le lot des vierges et des idiots. Pose mes mains où tu le voudras, la portée de tes idées se noirci de croches, doubles, triples, et tes mâchoires gonflent, tes paupières claquent, il n’y aura jamais assez d’air et pourtant, aucun de nous deux ne goûtera l’anoxémie.

 

Et soudain je ne sais plus lire la dilatation de tes pupilles !

La peur panique dans un magma quasi impur fusionne avec le besoin d’effeuiller les blandices et tu retiens ton cri tandis que mes reins crissent, tes doigts déchirent les draps et c’est l’aurore et sa rosée saumâtre, on entend plus que deux cœurs frappant les barreaux de la cage.

 

Tu vas prendre la parole, tourner cette langue qu’il me plaît de mordre, tu chercheras tes mots…

 

Peut-être est-il verbe ?

Peut-être est-il amour ?

Qu’importe ?

 

Il faut savoir lire la peau !

16:23 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.