26/03/2006

Le Livre XXI (Les évadés de Chagall)

 

 

Ils descendirent la pente caillouteuse en trébuchant parfois ce qui avait des effets vibratoires sur leur chant, la cardamome qui se nichait dans les méandres de leurs tignasses affadissait les purpurins pétales des cardamines collées à la terre. Ils volaient, les évadés de Chagall, mais ils descendaient dans la ville qui fut le lieu de leur rencontre, de leur naissance, de leur vie antérieure, de quelques menus plaisirs, de quelques blessures baillantes.

 

Ils arrivèrent devant un bâtiment de brique noire, de forme parallélépipédique, fenêtres condamnées, par la crasse, par besoin, on ne sait, porte d’acier depuis laquelle s’échappait un « boom boom » irrégulier assaisonné de râles et de rires mesquins ; on entrait dans le monde…

 

« Tu te souviens ? » Lui dit-il.

 

Elle acquiesça sans trembler, mais en sentant toutefois un poids au niveau de la nuque. Ce poids était la main de « Il » alors tout allait pour le mieux.

 

Ils poussèrent la porte pour découvrir, comme ils s’y attendaient, les informes masses noires, les egos aiguisés d’artistes contrariés, aux dimensions tant orgueilleuses que les angles de la pièce gagnaient quelques mètres chaque jour.

 

« Comment les artistes peuvent-ils former ce qu’ils nomment des groupes ? » Se dirent-ils in peto.

 

Leur altruisme suidé comment une pierre semi-précieuse qui apprend à jouer avec la lumière pour égaler ses célestes aînées.

 

« Mais la valeur ne se loge pas dans l’éclat mon chéri ! » Lui glissa t-elle à l’oreille, consciente de poser là un truisme.

 

« Je sais ça mon amour, mais certains sont encore gagnés par l’autolâtrie, ils souffrent et pensent ainsi évoluer au dessus de la belle race humaine. Restons encore un peu invisibles, embrasse-moi ! »

 

Leur peau cireuse perdait de sa douceur à leur contact, ils se devaient de partir, cela les peinaient fort ! Ils aimaient ces artistes malades !

 

« Pourquoi les aimons-nous ? » Juste par la pensée elle lui adressa cette question.

« Ils sont ce que nous fûmes et n’ont pas encore la fortune… » Il sourit et la prit dans ses bras.

 

Les évadés de Chagall reprirent la route dans l’autre sens, les cardamines baissèrent la tête, contrariées…

13:33 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

juste... vous dire que j'aime votre plume

Écrit par : Frédérique | 28/03/2006

Les commentaires sont fermés.