10/03/2006

Le Livre XVIII (De Profondis)

 

« Après avoir traversé ce dédale verbeux, s’être griffé aux buissons, leurs épines telles des langues aiguisées, n’est-il pas temps, je vous le demande de tirer une première conclusion ? »

 

Il s’est assis, a tout d’abord fermé les yeux, puis sembla fixer un point très loin, au delà de toute limite, un point par delà l’humanité. De sa voix grave et posée, il articula sans remuer les lèvres :

 

« Toujours, il nous faut aimer, le mot Amour revient toujours, il se farde alors et la pupille ne se dilate plus au son de ce vocable à la résonance troglodyte. Parce que nous oublions la saveur saumâtre des sacrées trémulantes, lorsque la voix se fait cornage et que, dans le brouillard épais de l’excitation, désirs et douleurs s’émulsionnent en des juleps voluptuaires et aigrelets.

 

Enfants, il vous faut gaudir ! »

 

Il savait qu’ainsi, il leur donnerait le goût de la quête, que la curiosité les entraînerait sur des sentiers riches, périlleux et suaves. Il savait qu’ainsi, il donnerait un sens et du goût à leurs existences d’hommes endormis.

 

Tous s’observèrent, craintifs du premier geste, de la première parole, de la prime expression…

 

Du doigt, il leur désigna le sommet d’un mont somme toute raisonnable.

 

« Partez bâtir en mon nom en haut de cette colline, soyez sages dans le choix de vos matériaux ! »

 

Il se retourna, se couvrit d’un tissu épais et vulgaire et s’enfonça dans la fausse couleur d’un jour qui peine à décliner.

19:25 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.