13/02/2006

Le Livre XIII (Le Sermon)

La maladie du ventre.

L’amanite phalloïde à éclos sous la souche noueuse de l’intestin.

De ses spores rieurs de grosses larmes anesthésiantes s’écoulent.

La maladie du ventre.

 

 

Maintenant, la main se condamne dans la glace…

Le désir à fuit vers des Afriques antiques.

La peau orpheline pousse son cri dans l’assistance muette, dans la salle vide.

 

On a su vibrer ici jadis, était-ce la même pièce ?

L’acteur principal n’est-il qu’une baderne ?

 

 

Infect personnage des terres arides !

Toi qui dois le souffle à cette chair meurtrie !

Toi qui lui dois la chaleur,

Ne pose pas cette pioche dans la blessure béante !

 

Dans ce jardin carmin,

Appose tes mots les plus doux et surtout,

Ecoute-toi, bâtard du silence !

 

De poussière tu étais redevenu poussière,

Et te voici lumière.

 

L’orphelin du centre,

Bercé aux mélodies du néant se torture encore,

De ses préoccupations égotiques.

 

S’il perdure,

Nous,

Entités de l’éther,

Nous réapparaîtrons pour le hanter à nouveau,

Et investir sa voix.

 

Mets-toi donc à genoux,

Couche-toi à ses pieds

Et jure lui fidélité et respect.

 

Infect personnage des terres arides !

Honte et culpabilité seront les garantes de ta santé mentales,

Les amantes de ton sommeil paradoxal.

 

Tu es couché,

Regarde cet homme prêt à renverser la première pelletée.

18:20 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

ouf ! C'est fort ici ! hmm, j'aime bien !
Du caractère !

Écrit par : longuesjambes | 13/02/2006

Les commentaires sont fermés.