05/02/2006

Le Livre XII (Le Corps I)

 

Parce que toujours, il nous faut apprendre…

Parce que l’on nous a dit : « l’homme est perfectible »

Et puis, nous avons tatoué dans le dos : « ton corps doit se taire »

 

Est-ce pour autant l’occasion d’entorses intellectuelles ? Non !

Il coupait les têtes pour respirer, pour plus de liberté. Alors finissons-en avec ses dislocations spectaculaires, la danse existe depuis déjà assez longtemps.

 

Il existe un instinct qu’il ne nous faut plus contenir, replonger dans le liquide tiède de la prescience, et goûter à nouveau au plaisir d’irradier.

 

Armés de nos clifoires, légèreté au front, butinons sans mesure, sans conscience de l’économie. D’érectiles gynécées ploient langoureusement sous le charme d’une main encore tremblante à la moiteur touchante. Les tensions du monde embrassent les cambrures pour des assauts chargés de râles, le fruit ainsi croqué délivre son jus épais depuis la commissure jusqu’à la naissance de la poitrine. La langue calice et chaque coup de reins est un pas vers le Graal.

 

Il nous faut pendre la retenue !

10:37 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

c'est bien la seule pendaison où j'aime être présente!!!

Écrit par : salomé suzy | 06/02/2006

,,, Je me demande qu'elle genre de semence répand la retenue,,, et que peux t'il bien y pousser ensuite en pendant de mandragore,,,

Écrit par : moz | 07/02/2006

Les commentaires sont fermés.