20/01/2006

Le Livre IX

 

 

Il y a les antalgiques du quotidien,

 

Il y a le reste,

 

Et surtout…

 

L’aniline profil de sa poitrine,

 

Quand la nuit joue,

 

Qu’elle tente de parler,

 

Mes émotions perlent,

 

Les Arlequins, dans les méandres de mon crâne,

 

Ont la danse légère et le champagne facile,

 

Qu’ils guinchent les insouciants,

 

C’est eux qui ont raison !

20:16 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

mmmmmmm toujours aussi superbe, aussi chargé de poésie

Écrit par : salomé suzy | 22/01/2006

Les commentaires sont fermés.