08/01/2006

Le Livre VI

Connaissez-vous l’histoire de ce saule qui a levé les branches en signe de consternation ?

Vous vous souvenez la femme de Loth ?

 

Il y a, aux portes de ce pays, un marsault qui ne subit plus les colères du vent, figé qu’il fût dans un ultime cri de révolte adressé à des dieux hilares.

 

Longtemps, elle s’est agenouillée à son pied, l’arrosant de cette affliction qui la rendait encore plus belle. La princesse chantait durant des heures tout en posant ses mains immaculées sur l’écorce veinée d’argile, elle se cambrait, indignée, et ses atours tombaient au sol, laissant deviner la pureté d’un corps tout dédié à la sensualité.

 

Quand un homme aux intentions licencieuses s’en approchait, il s’écroulait comme foudroyé et les corbeaux se chargeaient de faire disparaître le corps…

 

Un jour, le ventre de cette dame s’est arrondi.

Puis il est né.

 

Chaque année à cette date, le saule se plaît à bourgeonner.

 


10:00 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

chêne et olivier racines, force et justice, qu'ils disent.

Écrit par : Mil' | 09/01/2006

les saules peuvent s'arrêter de pleurer, il y a un conteur dans les parages!

Écrit par : salomé | 09/01/2006

Les commentaires sont fermés.