02/01/2006

Le Livre II...

Mais que me suis-je donc évertué à oublier ? Quelques réveils, adossé à la mousse des pierres, je revenais de voyages, chargé de torts, d’expériences à l’amertume amnestique. Sur le chemin du retour, je marquais mon corps comme on fait un nœud à son mouchoir afin de ne pas oublier… Je suis une dépouille luxée, chaque articulation fut l’occasion d’un périple interdit. Invité malgré moi aux plus délictueux Sabbats, artisan de pensées sordides.

 

Il siège en moi le poids de sacres fuligineux, de cris d’enfants, supplications de femmes, le parfum de la chair entamée par le fer. Des lèvres portées aux ciboires remplis de l’eau salée des corps. L’enfer cannibale… Que fus-je ici ? Un témoin malheureux ? Un belligérant habile ? Un prêtre noir ? Une idole fêtée ?


08:54 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.