16/12/2005

Devant l'âtre...

Alors il a défait les nœuds de ses chaussures puis a soufflé.

La pluie est toujours annonciatrice de genre d’événement. Il a éteint la lumière, allumé une cigarette, les volutes s’écrasaient lourdement sur les murs de la chambre comme pour mieux signifier le vide. Il a essayé d’ouvrir la bouche mais ne le put pas. Seuls les yeux restaient ouverts, fixés sur on ne sait quoi ? 

 

Les cigarettes n’étaient pas assez longues car il fallait combler.

Alors il a enlevé ses chaussures qu’il avait lacées avec le même soin dont un enfant de 6 ans peut faire montre lors de cet exercice pour la première fois. Son application, il pouvait bien la coller au fond de son lit froid.

 

Ca lui rappelait les fois où ses parents l’oubliaient consciemment chez des tantes lointaines. Il se préparait des heures en avance, rectifiait la raie de sa coiffure, passait un chiffon humide sur les carreaux de ses lunettes, s’assurait de n’avoir rien oublié en faisant sa valise, il guettait le parvis et puis soudain, un peu comme la veille on venait lui dire :

 

« Ils ne viendront que demain, va donc un peu jouer dehors, il fait encore bon… »

 

Déjà, la musique lui tirait des larmes, toutes les histoires sont tristes quand on les écoute avec de telles oreilles. Il savait qu’on l’aimait mais il avait besoin qu’on le lui dise un peu… Un tout petit peu… On ne foule pas l’humus de la même manière quand on s’est fait croquer les pieds dans les pièges à loup.

La vie commence sans doute avant le zéro de la naissance.

 

Tiens justement, la pendule railleuse se mit à donner forme à cet abandon, c’était l’heure prévue qui revenait à lui. Mange ton Amour mon enfant et cesse de geindre !

Alors il a posé son manteau sur le dossier de la chaise et s’est assis devant le feu jusqu’au lendemain

20:29 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

découverte de ton blog. Etonée que tu n'as pas de commentaires pour tes postes au vu du nombre de visiteurs ! Dommage.
bonne soirée et à bientôt

Écrit par : b.i | 16/12/2005

Les commentaires sont fermés.