08/12/2005

Ma Lectrice

Dans ces petites mains d’ouvrière du verbe le livre se laissait faire, tel un chat qui mime le désintéressement tandis que sa jolie maîtresse le couvre de caresses. Ce même livre cachait son visage, je regardais alors sa poitrine se gonfler puis se comprimer au rythme de sa lecture. Elle a libéré les mots, les déchargeant de leur sens pour les vêtir d’images, leur apporter les nuances qui devraient être les leurs. Je les observais se tordre de plaisir dans l’air chaud de notre nid.

 

Elle a posé le livre m’adressant un sourire comme pour me demander si je saisissais la substantifique moelle de ce message. Je sentais bien qu’il se passait quelque chose… J’ai fait un signe de la tête, complice, pour consentir. Mais pleinement frappé par les vibrations qui émanaient de son corps. La voix peut porter ce que maintes religions tentèrent de véhiculer.

 

Nous n’étions plus de ce monde, invités au bal simple des mots.

Le hasard m’a convié ici, en face de toi, le grain de ma peau est devenu sensible au son de ta bouche, aux rayons de tes yeux, à l’odeur de ton derme, à tes pensées inscrutables, tes désirs teintés de charme. Le défilé de ton être s’écoulait avec grâce, j’y goûtais sans aucune mesure, en héros mythique libéré. Est-ce cela, le fruit défendu ? La compréhension silencieuse ? L’harmonie qui rayonne sans l’aveuglement de la fusion?

 

Relis-moi encore ces mots avec ta poitrine ! Que mes mains brûlantes tremblent, résignées dans la patience de t’étreindre ! Offre-moi encore ta voix, ô ma divine anagnoste ! Que je succombe interdit à la succulence de ton chant. 


20:24 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Puisque tu me le demandes si gentiment... "Relis-moi encore ces mots avec ta poitrine ! Que mes mains brûlantes tremblent, résignées dans la patience de t’étreindre ! Offre-moi encore ta voix, ô ma divine anagnoste ! Que je succombe interdit à la succulence de ton chant. "

Voilà, je te les relis.

Écrit par : oR.hal | 12/12/2005

Les commentaires sont fermés.