18/09/2005

Ombre

L’ombre est une alliée. Je me désaccorde, elle me donne le sol. Et, dans la chaleur de ses bras déployés, dans l’alcôve de son plexus, lorsque le sternum se fait poésie nerveuse. L’index frôle, l’œil se plisse et la chair exulte. La chair, plaine caressée, exquise amertume de la retenue…

 

Il faut l’ombre et son inhérente pudeur, son habile dévotion !

 

Comme disait l’autre…

 

« L’ombre de ton chien ! »


22:39 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

L OMBRE superbe , ARNO, comme d'hab

Écrit par : SALOME | 18/09/2005

Donne-moi Du clair obscur.

Écrit par : Flynn | 22/09/2005

Les commentaires sont fermés.