22/08/2005

Le Merveilleux

On le sait.

L’intelligence est corruptrice…

La psychanalyse analyse…

 

Le merveilleux, lire le merveilleux…

Dans le rêve, dans l’état de la lucidité somnolente…

J’ai vu…

J’ai même goûté…

 

La réalité n’est plus la même…

Il y a des sourires aux coins de rues…

Le voile est plus ténu…

 

J’ai gagné quelques heures…

Quelques heures sur le destin…

Je sais maintenant…

Que je savais…

 

Boom…

Boom…

Boom…

 

Ce n’est plus le même rythme…

Ce n’est plus la même respiration…

Ce n’est plus la lente agonie…

 

C’est un creux de lit…

Une alcôve fiévreuse…

Rien à foutre des dimanches…

De leurs fichues heures perdues…

Des yeux fixés sur le vide ironique…

 

Je me fiche des certitudes…

Je me fiche de la fortune et de sa roue…

J’ai juste envie de marcher…

Mon ombre s’étire en longueur…

Sur le chemin…

 

Un cheveu cuivre…

Il pleut des aveux d’enfant…

Mais c’est ainsi…

 

LE MERVEILLEUX…

 


18:33 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

vive les cheveux cuivre qui font naitre des textes aussi lumineux

Écrit par : salomé | 26/08/2005

Dis? T'es pas un peu rousse toi?

Écrit par : Male cicatrique | 26/08/2005

pour une fois
l'Aurore intacte,
pulsation sourde,
marin d'ode douce.

Crépuscule du nanti,
la journée s'ébroue,
de langue amère.

Écrit par : S | 27/08/2005

Les commentaires sont fermés.