03/08/2005

Puberté

Peine et Isis se sont unis Dans de testiculaires ébats,L’œil a démissionné,L’œil se place au milieu du corps,Et tu désignes du doigt dans uneErectionPuisée dans la colèreFontanelle et PrépucePlutôt que main d’artiste,Se donnent l’aubaine de la castration,Pour ne plus se tordre,Pour ne plus mordre,Et enfin cacher les artificielles plaies,Apertures de la naissance,Où l’on crie la révolteEt les censeurs t’ont puni,Ils ont circoncis ta fiertéCar c’est l’heure du tourment,L’angoissante révolution.Le monde s’ouvre à toiEt ses pesantes lèvresPersiennes scabreusesShéhérazade muqueusePour un harem d’estropiésDe trépanés du sexe.Tu rentres dans le rang,Les gonades frappent le scrotumEt tu ressens la honte,Celle de devenir hommeVoici l’ombre dévoranteLa pureté du spectre s’est troublée,D’hippomanes averses inondentTon pubisQui semble laisser derrière luiLa jachèreLa virginale ariditéLe sépulcral pucelageTu croques la plaieDe la rage de vivreQue d’aucuns,Ivrognes de la RaisonNomment stupre.Tu ne peux échapperA l’appel tribaDe la bête à deux dos.EnchaînéDevenu incapableDe montrer le nordTes chairsQue les harpies dévorent,Génitales pulsions,Il te faudrait scander,De ton bâton pleureurDes croupes girondesAux appétences exorbitées.Ton râle s’étouffe,Tu souffresNe trouvant pasLa chaleur de l’alcôve.Le phallus se fane,L’amazone existenceVeut prendre sa revancheRegagner son sein droit !

18:46 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

C4EST HONTEUX d'écrire aussi bien, aussi intensément, tu me files des complexes

Écrit par : suzy salomé | 12/08/2005

Les commentaires sont fermés.