30/07/2005

Mi La Re Sol Si Mi

Il y a, dans les toiles de Munch, des demoiselles couronnées par la lune, à l’orée d’un bois, sur les rives d’un lac.

Il y a dans notre monde des femmes qui se sont perdues, qui ont mordu leurs oreillers, parfois par plaisir, trop peu… Le plus souvent pour étouffer une angoisse ou retirer la crasse d’une paume qui s’est posée sur leur joue. M.s’est endormie sur le banc d’un square, en fait l’épuisement l’a obligée à cesser son errance. Côtoyer la fatigue autorise l’oubli de soi, de sa condition malheureuse, la fatigue autorise aussi l’orgueil mais pas l’abandon. M. trimballe avec elle un baluchon, le poids d’une existence illogique et le temps a frappé comme les marteaux d’une imprimante sur ses paupières de poupée.

 

Elle a usé son temps en croquant des vésicules et, c’est avec le fiel dans la bouche qu’elle a su bravé les vents les plus douloureux, les plus ironiques, les alizés les plus tragiques à croire que le repos ne réside que dans l’achèvement, au bout du chemin, au terme de l’ultime respiration, que le corps semble dire : « merci ».

 

M. a su déchirer les dernières pages du livre pour réécrire son histoire, repousser cette main qui tenait sa nuque au fond de l’eau. Elle a su dire « merde » aux architectes de notre monde et réajuster les côtes

 

Un corbeau obèse a quitté son perchoir depuis la tour pour baiser le cou de M.

 

Et la vie continue.

Ou plutôt…

 

La vie commence enfin…


19:40 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

song for Mi? ça me fait du bien à la clé d'Ut...

Écrit par : ChromatiK | 01/08/2005

ELLE je crois la reconnaître ; cette fille est hors du commun
c'est une VRAIE rencontre, un bonheur au quotidien
elle est de plus en plus belle à mesure qu'elle avance, qu'elle explose, c'est une fée

Écrit par : salomé | 01/08/2005

Les commentaires sont fermés.