25/07/2005

La Nouvelle Bible

Elle tousse, réfugiée sous une voiture encore chaude, dans une mare d’eau, de carburant, de poussière de bakélite. Toute la journée, elle a erré dans les axes de la ville, elle n’a fait que regarder le monde qui s’anime et qui se refuse à elle. Il lui a fallu marcher, pour s’épuiser, ne pas trop s’attarder pour ne pas susciter l’intérêt. Que les journées passent et qu’elle se rapproche un peu plus du dernier râle. Les chaussures foulent l’asphalte, pas plus impersonnelles que les yeux, que les cavités qui trônent sous les fronts. Elle absorbe l’air vicié et poussiéreux parcourue par des crampes, mais surtout elle veut rester dans le silence et ne plus subir le monde qui l’entoure. Elle a encore dans sa poche cette forme humide et grasse dont elle frôle les aspérités de ses doigts gourds. La pauvre petite tête, ses petites lèvres ourlées qu’elle sait encore bleutées, ce petit nez sans os déjà investi par des insectes fouineurs. Elle pleure en passant sa paume calleuse sur la peau tendre de cette petite poupée qui n’a eu que quelques heures de souffle.Elle ne se souvient pas d’avoir connu l’amour, il faut donc croire que Marie ait été victime d’un viol. Petit Jésus prématuré, marsupial étouffé dont le prêche n’a pas duré l’espace d’un cri. Il n’y aura pas d’église érigée en son nom, pas même un chant mais juste l’amour maternel mort-néElle tousse et ferme les yeux pour ne prononcer que ce simple mot :« Amen ! »

15:52 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Mais... On dirait moi... Ton texte... On dirait moi...

Écrit par : oR.hal | 27/07/2005

Les commentaires sont fermés.