05/05/2005

Humeurs...

J'ai senti sur mon torse la soie de son pain...
Et j'ai vu les vits d'Anges obscurs...
 
La face cachée de la lune,
Bisclavret croisé avec un chérubin,
Je lutte préférant la pâmoison au rut...
 
Et je danse, larmes aux yeux parmi les ajoncs,
Nu pour mieux me couper...



19:31 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

je comprends pourquoi je n'ose plus écrire à l'atelier
c magnifique Arno, sublime

Écrit par : salomé | 11/05/2005

Les commentaires sont fermés.