03/05/2005

La Milady démiurge

Fallacieux, un phallus aux cieux,

Caillus au pieu

Les papilles en feu,

Filles à queue,

Les quilles tremblent,

Le cœur étrille,

Le crabe dans le ciel et le cri,

Le krill

Le crissement du fiel,

La fallacieuse silice, si lisse,

Fallacieux, cieux,

Si eux affalés par cystite et phaloppe,

Le pistil et la salope,

La fable de LaFontaine,

La farce de la fontanelle,

Lascive et salace,

Froc factice, sale ass

Fasse que les cieux s’affaissent,

Masse que les yeux caressent,

Car, car, caryatides phallophores,

Carotide doryphore,

Fatras de cils,

S’il fronce ainsi,

Ainsi les yeux défaillent,

La faille désuète fourmille de ronces rancies,

Si rance, transi par la faute,

Si franc dans la transe,

Dans la tronc,

Dans la tronche,

Dans la tranche des femmes,

Dans la rame des trams,

Et les fleurs des drames font l’acide,

Le dard du cœur est aride,

S’il fallait un peu,

S’il parlait le feu,

Il fuirait lui aussi un petit peu,

Il fuirait le piège des flammes,

Le siège pernicieux,

Permutez le cierge fallacieux,

Et percutez la vierge calleuse.

 

(texte écrit à l'atelier de Milady Renoir le 02/05/2005)

 

(Illustration Egon Schiele "Ängstlich kauerndes junges Mädchen")





10:31 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

mais il manque le son... poésie sonore... ah non, pardon, tous les sons sont là devant moi...

Écrit par : Milady Renard | 03/05/2005

Les commentaires sont fermés.