01/04/2005

Souvenir...

Je me souviens de la cadence effrénée des marcheurs, de leurs yeux de lémuriens à travers les branches d’un cerisier frêle.

Un mur de masques animés semblant vouloir me parler et moi qui ne comprends rien.

 

Elle prend ma main et je ne la vois plus. Elle pleure, je me suis enfermé dans les chiottes, recroquevillé, j’entonne des comptines la paume des mains sur les oreilles. Je les vois même derrière mes yeux, je casse la vitre pour m’enfuir, ma tête passe à peine, je me tranche le cou, la saignée m’apaise d’abord puis le flux sanguin frappe comme des mains noires sur des percussions.

 

Puis c’est le grognement sourd, la vidange humorale, j’infecte, je suis colonisé par les masques, je me griffe les artères, je me répands en lambeaux…

 



19:49 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

artère radiale asséchée au regard... Il nous faudra encore dénerver des lambeaux et lier des capillaires
pour faire glisser la gouge au fond de ces icharnelles tabatières.

Laissez encore nos savants décrisper la vie hors de ces humanités
pour que la mort et la pierre s'y placent en toute imobilité

êtes vous le tveroz que je connais?

Écrit par : Noé | 08/04/2005

Les commentaires sont fermés.