23/03/2005

Toile sourde

Il est là, allongé sur le sol, à manger de kilomètres de pensées contre-nature. Sans jamais fermer les paupières afin de ne pas y lire ce qui s’y terre. Il recherche le silence en contenant sa souffrance. Chaque son est un prétexte pour plonger dans la noire étendue et ramper sur des berges tel un pantin vêtu d’isotopes lourds. Il fait le vœu de la désincarnation, ne plus tâter de ces pulsions qui le conduisent à des déchirements barbares.

Les murs sont immaculés par bonheur, la moindre aspérité serait sujette à des digression blessantes ; il pourrait constater qu’il vit encore avec son souffle court, ses vertiges, ses migrations angoissées. Il y a sur son cou, un deuxième sourire, la bouche est une cicatrice qui s’est ouverte pour vomir notre désarroi.

Il voudrait oublier, presser son cerveau agrume, ne pas avoir été.

Les autres sont autant de sagaies pointées vers lui alors il s’est crevé les yeux, tiré le colimaçon qui avait élu refuge dans ses oreilles. Il pousse un cri comme un tronc qui cède sous la force de la foudre. Il s’est plu à oublier les mots pour ne plus savoir désigner et reconnaître. Il ne lui reste plus qu’un terme genèse. Dans le vide qui le constitue le ver se promène en rongeant d’ici de là ce qu’il n’y a plus.

Il décide de se couper la langue avec un fil à couper le beurre. Ce muscle qu’il a toujours perçu comme un prisonnier, il le bouffe…

 

Il parle : « Hin hin… »

 

Ce grand mur blanc sera sa toile de travail. Il prend son élan pour se jeter comme aliéné sur le mur.

L’arcade gauche pète, la pommette s’enfonce légèrement. Magnifique gerbe de sang qui a arrosé la blancheur du pan.

Frénétiquement il réitère ses plongeons, les impacts marquent, le corps émet des sifflements, les lymphes qui ne parviennent pas à se mêler au sang font des nervures.

 

Toile cosmique, être calme sourd et aveugle devenant « big-bang ». Il crève, une bulle andrinople éclate aux commissures de ses lèvres.



20:54 Écrit par malecicatrique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.